11 novembre 2016

Quelques idées pour les enseignants..

Quelques idées pour les enseignants..

Vous trouverez ci-après de plus amples informations sur les enfants à haut potentiel et sur les mesures pédagogiques qui peuvent être mises en place dans leur intérêt.
Ces mesures pédagogiques sont une façon de répondre aux besoins des enfants à haut potentiel et sont également favorables à tous les autres élèves de la classe (attention à ne pas stigmatiser l’enfant).

Il ne s’agit pas d’une liste exhaustive mais il s’agit seulement de trouver celles qui pourront le mieux aider l'élève en question, à un certain moment, tout en étant compatible avec l’organisation de la classe, les aspirations de l'enseignant et ses choix pédagogiques.

Ce travail est souvent bien plus riche et bénéfique s’il se fait en collaboration avec les parents, voire avec les autres professionnels (psychologues, logopèdes, etc.)

 

Mesures pédagogiques

Voici quelques idées concrètes. Leur utilisation dépend bien entendu des attentes de l'élève et de ses enseignants.

 

Le saut de classe

C’est la forme de pédagogie la plus utilisée. Sauter une ou deux classes permet de suivre le rythme naturel de l'enfant en le faisant parcourir plus rapidement le cursus scolaire. Néanmoins, le saut de classe n'est envisageable que pour les enfants performants scolairement.

Dans ce cas, il est important de travailler avec le nouvel enseignant: comment va-t-il accueillir l’enfant HP ? Que va-t-il dire à sa classe ?

Avant d’envisager un saut de classe, on peut permettre à l’enfant de suivre de temps en temps le programme de l’année scolaire supérieure

 

Approfondissement

Il permet de répondre au besoin de complexité qu'a l'enfant HP. Ces mesures ont pour objectif de permettre aux enfants de creuser certains domaines en profondeur en fonction de leurs intérêts. On leur fournit alors un complément pédagogique dans une ou plusieurs des matières enseignées.

Il ne s’agit en aucun cas d’entamer le programme de l’année d’étude suivante ni de proposer des gammes d’exercices répétitifs. Au contraire, l’approfondissement doit permettre au jeune à haut potentiel d’aller plus loin dans la matière, en mettant en œuvre différemment les connaissances acquises et/ou en créant des démarches nouvelles.

Cette mesure peut être mise en place pour un jeune en particulier à l’aide de fichiers d’approfondissement, mais peut aussi faire l’objet d’une organisation de toute la classe dans une matière.

Exemples:

  • Questions-bonus
  • Exercices de dépassement
  • Résolution de problèmes de plusieurs façons différentes
  • Donner du sens à la matière
  • Faire des liens entre les matières
  • Donner des responsabilités à l’élève dans l’élaboration du cours
  • Faire, de temps en temps, travailler les élèves par groupe de niveau. Pour les plus forts il y a, à ce moment là, des possibilités d'aller plus loin dans la matière.

 

Enrichissement

Il s'agit d'élargir le champ des connaissances habituelles en abordant soit des sujets réservés normalement à d'autres classes, soit des sujets non académiques. Elles permettent ensuite la réalisation d’un projet ou d’une synthèse qui a du sens pour l’enfant. L'enrichissement répond à la profonde curiosité de l'enfant HP et développe ses talents intellectuels.

Les activités d’enrichissement peuvent porter sur le développement de la créativité, la réflexion sur des problèmes de société, le développement d'un projet personnel, la socialisation, les activités artistiques, etc.

Exemples :

  • Quand l’enfant a fini son travail: lecture libre, rubbicube, ordinateur, expériences, création de jeux, concours, mots croisés, revues des classes supérieurs, sudokus, etc.
  • Travail créatif, réflexion sur les problèmes de société, développer un projet, assister à des conférences, faire des visites, visionner des vidéos relatives à des thèmes qui ne sont pas couverts par le programme scolaire
  • Réalisation d'un projet personnel dans un domaine d'intérêt qui peut être artistique, scientifique, littéraire - avec présentation à la clé sur un thème de son choix (exemple: le fusée Ariane)

L’avantage de cette méthode est qu’elle peut s’utiliser soit avec un ou plusieurs élèves en fonction de leurs besoins soit avec toute la classe. En partant d’une mesure initiée par le besoin d’un élève, on peut en faire bénéficier tous les autres.

Ceci sera d’ailleurs plus porteur pour l’élève puisque son travail aura comme finalité d’être présenté à toute la classe.

Les thèmes choisis peuvent également être en lien avec un projet de classe sans être redondant avec le contenu de certains cours. Par exemple, si au cours d’éveil ou de sciences, on apprend à identifier certains animaux, on peut élargir à d’autres familles ou les aborder d’une autre manière.

 

Tutorat

Le tutorat est une démarche d'apprentissage basée sur une relation d'aide individuelle.

Pour l’élève, le tutorat est formateur et permet de transmettre ses savoirs et ses savoir-faire tout en les approfondissant et en les consolidant.

L'élève novice reçoit une aide de l'élève expert, mais les échanges ne sont jamais unidirectionnels.

Cette méthode permet d’améliorer la motivation de chaque élève de la classe. La plupart des « novices » font des progrès et les « tuteurs » en tirent un profit certain à travers la révision des bases et la reformulation de leur savoir.

Pour les jeunes à hauts potentiels, cette mesure a le double avantage d’aider à l’intégration sociale et, dans un autre registre, de demander aux jeunes de marquer un temps d’arrêt sur leurs pensées et d’expliciter leurs processus de réflexion lors de la réalisation d’une tâche.

Pour l'enseignant, il s’agit également d’une aide lorsqu’il ne peut répondre en temps réel à tous les questionnements ; il a ainsi l'opportunité d'observer les enfants au travail, d'évaluer leurs compétences et de favoriser une démarche d'autoévaluation.

Plus particulièrement, cette démarche permet au tuteur de prendre sous sa responsabilité un élève plus jeune ou en difficulté, par exemple une heure par semaine pour :

  • l'aider à organiser son travail
  • répondre à ses questions
  • lui réexpliquer ce qu'il n'a pas compris
  • lui faire réciter ses leçons ou chercher des exercices

Exemple : L'enseignant donne un cours magistral à dix ou quinze « bons » élèves qui le comprennent habituellement, pendant vingt à trente minutes, puis s'arrête.
Chacun de ces « bons » élèves réexplique alors la leçon à ses deux voisins, en fonction de leurs demandes. Le professeur circule et écoute les explications, intervient en cas d'erreur manifeste et refait le cours au besoin, en toute connaissance des difficultés de compréhension rencontrées.

 

Bibliographie:

  • Scolariser l’élève intellectuellement précoce. De Fabienne Ramond et Jean- Marc Louis. Dunod.
  • L’enfant surdoué. Une proposition pédagogique. De Jean-Daniel Nordmann. Infolio.
  • A l’école des intelligences multiples. De Bruno Hourst. Hachette Education.
Revenir aux articles